Un nichoir dans le jardin

Les nichoirs, pour quoi faire ?

Les oiseaux de nos jardins ont besoin de notre aide.

En effet, les menaces pesant sur l’avifaune sont nombreuses : destruction des milieux naturels, utilisation en masse des pesticides, abus de la chasse, disparition des cavités naturelles (tels que les vieux murs de pierre sans joints, les arbres creux, les branches mortes…).

Pic noir - ©  Joël Vial

Les nichoirs sont de véritables refuges où chaque oiseau peut construire et aménager son nid à sa convenance, avec les matériaux de son choix, selon la technique qui lui est propre. Ils compensent en partie la disparition des cavités naturelles et permettent de maintenir la population de nos oiseaux cavernicoles (nichant dans des cavités).

Télécharger le livret « Nichoirs »

Les nichoirs, mode d’emploi

Quelle forme ?

Chaque nichoir est adapté à l’espèce qu’il est censé accueillir : volume, disposition et diamètre du trou d’envol…. Il est préférable, bien sûr, d’installer des nichoirs pour des oiseaux susceptibles d’être nicheurs à cet endroit !

Quels matériaux utiliser ?

Il est préférable d’utiliser un bois résistant à l’humidité : pin, sapin, peuplier, chêne, aulne. Les agglomérés et les contre-plaqués (sauf marine) sont à proscrire car ils gonflent sous la pluie et risquent d’éclater. Ne pas raboter le bois de construction ! Les oiseaux pourront ainsi s’agripper aux parois du nichoir. L’épaisseur idéale des planches est de 2 cm (minimum 1 cm).

Mésange charbonnière - ©  Joël Vial

Il est également déconseillé de peindre les nichoirs, pour plus de discrétion et afin d’éviter les mauvaises odeurs. On peut éventuellement les badigeonner de brou de noix pour les foncer. L’huile de lin est également conseillée pour assurer l’étanchéité du nichoir.

Comment le fixer ?

Mésange bleue - ©  Jean QuinsonLes peupliers, aux branches fragiles et les hêtres, au tronc souvent humide, sont à éviter. Visser une latte de bois verticale au dos du nichoir et fixer au tronc avec une corde nylon ou du fil galvanisé. Enfoncer un coin de bois entre la corde et le tronc pour renforcer le serrage.

Chaque année, il convient de vérifier le système de fixation et de le changer si le tronc a grossi. Et bien sûr, les clous sont interdits !!

Pour fixer un nichoir sur un bâtiment, en intérieur ou extérieur, clouer le nichoir de préférence sur une poutre ou un pilier.

Quand l’installer ?

Il est préférable de ne pas attendre le début du printemps. Certains oiseaux, comme les mésanges, recherchent très tôt les sites favorables et certains, comme le troglodyte, utilisent les nichoirs en tant que dortoirs collectifs en hiver.

Cependant, il n’est pas trop tard pour installer les nichoirs en mars et avril !

Quelle orientation ?

Ne jamais installer les nichoirs en plein soleil, ou au contraire, en pleine ombre. Le trou d’envol sera dirigé à l’opposé des vents dominants qui apportent la pluie. L’orientation Est- Sud Est est idéale. A éviter : les lieux et les arbres humides.

Quel emplacement et hauteur ?

Rougegorge familier - ©  Dominique BernardIls dépendent de l’espèce que l’on désire accueillir.

En diversifiant les lieux de pose, on multiplie les chances d’observer des oiseaux différents !

Quelle densité ?

Pour ne pas compromettre l’équilibre biologique du milieu, on installera le plus de nichoirs possibles uniquement s’ils sont de types variés (20 à 30 nichoirs par hectare dans un verger, par exemple)

Conseils de sécurité

Attention aux prédateurs… et à l’homme !

Chat domestique - ©  Camille ToniLes chats : vérifier qu’aucune branche horizontale ne se trouve à proximité du trou d’envol. Fixer une plaque de métal ou du fil de fer barbelé (sans blesser l’arbre) autour du tronc.

 

Les pics et les lérots : Fixer une rondelle de zinc ou du métal blanc autour de l’ouverture; cette installation les dissuadera de fracturer ou ronger le trou d’envol pour détruire les couvées ou s’installer dans le nichoir.

Comment surveiller et entretenir ?

Ne pas entrer dans la vie intime de nos hôtes en ouvrant le nichoir : ils risqueraient d’abandonner leur progéniture. Ne jamais toucher les œufs, le nid ou les oisillons. De manière générale, mieux vaut rester discret !

L’entretien s’effectue durant l’automne ou l’hiver, le plus tard en février. En extirpant du nichoir tous les matériaux (mousses, duvets…), on évite le développement de moisissures et des parasites. Enlever de même les fientes qui risqueraient de provoquer des épidémies.

Si le nichoir est infecté, pratiquer un badigeonnage à l’essence de thym ou de serpolet.

En bref… quelques règles
  • Rougequeue noir - ©  Guillaume AllemandHauteur de fixation idéale : 2 à 6 m
  • Eviter les lieux humides
  • Diriger toujours l’entrée du nichoir en direction sud, sud-est
  • Exposition ombragée ou semi-ombragée
  • Respecter les diamètres du trou d’envol
  • Procéder au nettoyage au plus tard en février
  • Eviter les possibilités de prédation
  • Ne pas peindre le nichoir
  • Ne pas raboter le bois du nichoir
  • Eviter, dès qu’il est occupé, les visites indiscrètes
  • Ne pas prendre n’importe quel bois de construction
  • Attention à la fixation : protéger les arbres en utilisant ni clou ni fil de fer trop serré

Etre patient…Il faut laisser aux oiseaux le temps de s’habituer à nos nouvelles constructions !

Pour aller plus loin :
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail