Faucon pèlerin – Caméra en direct à Saint-Chamond

Le Faucon pèlerin Chateauneuf en direct – Saint-Chamond en direct – Pose de nichoirs

Bienvenue sur le direct du nichoir à Faucons pèlerin de Saint-Chamond

La saison de reproduction 2021 est terminée pour les Faucons pèlerin de Saint-Chamond. Rendez au printemps 2022 !

La saison 2021 au fil des jours :

2021/09/04A Saint-Chamond où deux poussins ont été élevés par le couple nicheur, le jeune mâle n’a pas été revu sur le site depuis son envol « presque volontaire » – en fait un peu aidé par une rafale de vent – du 16 juin. La toute dernière image de lui enregistrée par la caméra le montrait volant à tire d’aile un peu en dessous du nichoir. Depuis cette date il n’a pas été observé sur le site où il est né, ni aux alentours par les observateurs bénévoles de la LPO-Loire qui suivent de près la nidification de ces prestigieux rapaces. 

La jeune femelle qui avait elle aussi été emportée du nichoir par une rafale de vent le 12 juin a eu moins de chance : notre coordinateur bénévole Faucon pèlerin pour la Loire, Jean-Pascal Faverjon, l’a retrouvée le même jour après un peu de recherche à l’intérieur du site Industeel, au sol mais heureusement indemne. 
Le nichoir situé à environ 70 m de hauteur étant inaccessible, décision a été prise de la replacer en sécurité et hors d’atteinte des prédateurs sur un toit de l’usine à une vingtaine de mètres de hauteur, en vue directe de la cheminée portant le nichoir, en espérant que ses parents continueraient à la nourrir, comme ils le font régulièrement avec les jeunes tout juste volants. 
Hélas, si cela semble avoir fonctionné pendant quelques jours, la jeune femelle a de nouveau disparu du toit où elle avait été placée. Après de nouvelles recherches sur le site, elle a été retrouvée morte, noyée dans une imposante pièce métallique située au pied de la grande cheminée. Elle est probablement tombée accidentellement dans cette eau lors d’un de ses premiers vols et n’a pas pu en ressortir.
Malgré la perte de ce jeune oiseau, il faut prendre du recul et nous rappeler qu’en milieu naturel, seulement 50% des jeunes survivent à l’issue de leur première année.
A l’échelle du département, nous sommes passé de 0 à 15 couples nicheurs dans le Rhône et la Loire en 15 ans.

2021-06-17 : Le jeune mâle a pris son premier envol ! Presque volontaire ! Nous pouvons le voir passer ( à la 29 eme seconde de la vidéo) à gauche du nichoir, bien volant. Nos bénévoles se rendent sur place pour voir s’il se porte bien après son premier atterrissage.

 

2021-06-12 : dernière minute : la jeune femelle tombée du nichoir ce matin à 6 h 21 mn a finalement été retrouvée dans l’après-midi dans la végétation au sol, saine et sauve, par les ornithologues de la LPO Loire, dont notre coordinateur bénévole Faucon pèlerin Jean-Pascal Faverjon, après une heure et demie de recherche sur le site de l’usine Arcelor Mittal de Saint-Chamond (42) où est situé le nichoir.

Le jeune rapace ne présente aucune blessure et est en bonne forme mais n’est pas encore volant. Il a été aussitôt placé non pas dans le nichoir, inaccessible sans l’intervention d’une équipe de grimpeurs-cordistes, mais sur un des toits de ce vaste ensemble industriel, à environ 20 m de hauteur (notre photo ci-dessus), à l’abri des prédateurs éventuels et surtout avec une vue directe sur la grande cheminée (à gauche) où est accroché le nichoir afin qu’elle puisse garder un contact visuel et sonore avec ses parents. Là, les adultes devraient pouvoir continuer à venir la nourrir sans problème pendant les quelques jours qui la séparent encore de l’heure normale de son envol…

 

2021-06-12 : ce samedi matin au lever du soleil, à 6h 21 m et 27 s, un des deux poussins , le plus gros, celui qui est donc probablement une femelle, est tombé accidentellement du nichoir : posé au bord de la plateforme, il a basculé dans le vide alors qu’il faisait sa toilette et alors même que le vent ne paraissait pas très fort à ce moment là sur le site de Saint-Chamond. 

Aussitôt, notre coordinateur Faucon pèlerin pour la Loire,  Jean-Pascal Faverjon,  s’est rendu sur place pour tenter de le retrouver et nous ne manquerons pas de vous communiquer de ses nouvelles dès que nous serons en mesure de le faire.

Ce jeune faucon , né aux alentour du 5 mai, n’était pas encore tout à fait prêt à s’envoler, comme le montrent les nombreux duvets blancs qui parsèment encore son plumage. L’envol n’aurait dû intervenir qu’au cours de la semaine prochaine, au terme d’ environ 6 semaines de présence au nid. Malheureusement, ce genre d’incident est assez fréquent , en site naturel comme en nichoir… Pour en savoir plus sur la biologie des Faucons pèlerins : http://rapaces.lpo.fr/faucon-pelerin/presentation

 

2021-06-10 : autre photo de famille quatre jours plus tard, le 10 juin : les deux poussins, bien nourris, grandissent à vue d’oeil mais avec toujours une importante différence de taille entre les deux. Le plus gros, à gauche – qui est sans doute une jeune femelle car il dépasse déjà en taille le mâle adulte – est très agressif envers ses parents lors des apports de proies : sur cette capture d’écran, on le voit littéralement charger son géniteur qui vient d’ apporter une aile de pigeon dont il s’est emparé de force. Le mâle préfère battre en retraite et s’envoler, le tout sous le regard blasé de la femelle, perchée bien à l’abri des querelles familiales sur le toit du nichoir…

 

2021-06-06 : photo de famille au grand complet : pendant que le mâle ( en bas à droite) dépèce pour les deux poussins une proie indéterminée qu’il vient d’apporter, la femelle (sur le toit du nichoir) attend son tour de les nourrir avec un pigeon qu’elle a apporté quelques minutes auparavant, sonné mais encore vivant. Elle l’a achevé d’une « morsure » précise de son bec dans les vertèbres du cou, puis l’a plumé avant de descendre l’offrir aux jeunes dans le nichoir. Le milieu urbain offre une grande abondance de proies, à 80/90 % des pigeons, permettant à ce couple d’élever sans problème ses jeunes. 

 

2021-05-31 : scène curieuse observée le 31 mai à partir de 18 h 24 : la femelle adulte sort brusquement du nichoir et pendant plusieurs minutes , semblant très inquiète, elle reste les yeux rivés vers le ciel, ouvrant les ailes comme pour protéger ses jeunes : présence d’un prédateur (mais lequel?) survolant le nichoir ? ou d’un autre Faucon pèlerin étranger à la famille perçu comme un rival ? Impossible de le savoir, mais cette scène nous vaut de belles images de la femelle dans des attitudes totalement inhabituelles…

 

2021-05-26 : plusieurs internautes nous ont interrogés sur le fait que la LPO ne bague pas les jeunes faucons avant leur envol . Explications : nous ne les baguons que si nous les récupérons au sol, ce qui sera le cas du jeune mâle tombé du nichoir de Chateauneuf et actuellement en centre de soins, s’il se rétablit complètement et retrouve un jour la liberté. Sinon baguer les poussins au nichoir serait dangereux d’abord pour les poussins qui, effrayés, pourraient se jeter dans le vide, mais aussi pour les grimpeurs-bagueurs qui devraient descendre 30 m en rappel depuis le sommet de la cheminée, qui mesure plus de 100 m de hauteur. Enfin, les bagues officielles du Muséum national d’histoire naturelle (bagues inox numérotées), sont difficiles à lire sur des Faucons pèlerins, espèce qui se perche toujours très haut et à bonne distance des humains, même de ceux animés des meilleures intentions à son égard…

 

2021-05-25 : première photo « officielle » des deux poussins côte à côte alors qu’ils commencent à déambuler dans le nichoir. Notez la différence de taille marquée entre les deux oisillons. 

 

2021-05-25 : confirmation par cette image de ce que nous espérions : il y a bien deux poussins vivants dans le nichoir de Saint-Chamond : l’un des deux a fait aujourd’hui un petit tour « à pattes » dans le nichoir, passant ici dans le dos de sa mère, tandis que l’autre s’est contenté de passer juste le bout du bec « à la fenêtre » (en bas à gauche dans l’angle de l’ouverture du nichoir) . Nous savons aussi avec certitude qu’un des trois oeufs pondus n’a pas éclos.

Rappelons la situation assez particulière de cette nichée : une première femelle a pondu un seul oeuf en mars avant d’être retrouvée morte dans le nichoir. Elle a presque aussitôt été remplacée par une autre femelle qui , au bout de quelques semaines, a pondu à son tour deux oeufs et a couvé les trois ensemble, donnant finalement naissance à deux poussins.  

 

2021-05-07 : première éclosion ce matin ! Peu après le lever du jour, vers 6h20, le mâle apporte au nichoir sa première proie de la journée, un étourneau. La femelle qui couvait se soulève alors légèrement et on peut voir, très brièvement mais très distinctement, une petite boule de duvet blanc s’agitant à ses pieds. La femelle s’est très vite recouchée sur le nid et n’a plus bougé depuis, refusant même les deux proies (des étourneaux) apportées par le mâle dans la matinée…

 

2021-05-05 : surprise en fin de journée, un intrus est venu rendre une petite visite à nos Faucons pèlerins de Saint-Chamond : un Faucon crécerelle  (Falco tinnunculus) femelle, qui s’est reposé pendant un bon quart d’heure sur le toit du nichoir, sans susciter de réaction hostile de la part des locataires des lieux. Cette espèce est beaucoup plus petite que le Faucon pèlerin, bien plus commune aussi, et c’est surtout un chasseur d’insecte, pas un mangeur d’oiseaux.

2021-05-05 : dans le nichoir de Saint-Chamond, l’éclosion, prévue autour du 5 mai, est maintenant imminente… Tout en couvant, les adultes ont rapproché avec leur bec des matériaux épars autour d’eux pour renforcer les bords de la cuvette dans laquelle les jeunes vont éclore. Les Faucons pèlerins ne sont pas de grands bâtisseurs : ils n’apportent aucun matériaux pour construire leur aire et se contentent, juste avant de pondre, de gratter dans le sol une cuvette sommaire au milieu des cailloux et des petits os et plumes vestiges de leurs repas. 

 

2021-04-14 : à 9 h 55 mn et 30 s, relais de couveurs : la femelle, au premier plan, vient juste de quitter les 3 oeufs pendant que le mâle, à l’arrière-plan, se glisse derrière elle pour aller couver à son tour. 

Différences de morphologie permettant de mieux repérer les adultes : la femelle est plus grande d’un tiers environ, d’allure plus massive et plus lourde. Son dos est aussi d’un gris plus foncé, plus « anthracite », que celui du mâle qui présente un aspect plus « bleuté ». La femelle  présente aussi souvent un plumage du ventre et des flancs à l’aspect plus ébouriffé, plus « négligé » que celui du mâle, plus svelte et plus élancé. La zone de peau nue entourant le bec , la « cire », ainsi que le « cercle orbital » autour de l’oeil, sont jaune vif soutenu chez le mâle et jaune-grisâtre chez la femelle. Enfin le poitrail du mâle est plus clair et plus contrasté que celui de sa compagne. 

 

2021-04-06 La deuxième femelle a pondu 2 œufs en plus de celui pondu par la première femelle. Elle pourrait donc élever un jeune qui n’est pas le sien. Eclosion prévue le 5 Mai et envol à partir du 10 Juin environ.
2021-03-14 La première femelle, visible sur la plateforme du nichoir, est morte. Une deuxième femelle adulte est déjà présente. Nous supposons qu’elle a succombée à un combat entre femelles pour la possession du nichoir. A noter que la première femelle n’a pas été consommée par ses congénères. Sa carcasse a été évacuée par le vent le 6 Avril.

 

 

2021-03-07 Ponte premier œuf par première femelle.
Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail